Les chatbots : les recruteurs du futur?

Marché de l'emploi -
12 juillet 2017


Les chatbots : les recruteurs du futur?

Avec les avancés technologiques, les RH ne cessent d’évoluer. Dernière nouveauté en date, le pré-entretien d’embauche à l’aide de chatbots, ces robots conversationnels qui envahissent le web.

Le terme «chatbot» ne vous dit peut-être pas grand-chose, pourtant il s’agit du dernier trend en matière de nouvelles technologies. Son nom, constitué de «chat» (discussion) et de «bot» (robot), décrit bien sa fonction, celle d’un robot qui répond de manière automatique et en temps réel aux questions qu’on lui pose. Les grandes marques l’ont déjà adopté, notamment sur Facebook Messenger, pour assurer le support technique ou pour conseiller les usagers sur l’achat d’un produit.

Coach en recherche d’emploi

Mais comment le phénomène «chatbot» peut-il s’intégrer dans le monde du travail ? De bien des manières justement! Depuis quelques années, des entreprises utilisent ces outils à l’interne pour répondre aux questions des employés liées au salaire ou aux vacances. Un cabinet d’audit a quant à lui conçu un bot qui permet de coacher les candidats dans leur recherche d’emploi en leur fournissant des conseils ou en simulant un entretien d’embauche.

Un chatbot assistant RH

Mais aujourd’hui, ces robots qui font la conversation sont en passe de devenir des aides précieuses dans le processus même de recrutement. Ainsi, ils peuvent mener des «entretiens» de présélection avec les candidats et leurs poser toutes sortes de questions généralement prisées par les responsables RH: «Quelle sont vos qualités et vos défauts?», «Pourquoi êtes-vous la personne idéale pour ce poste?» ou encore «Comment vous voyez-vous dans 5 ans?».

Ludiques et efficaces

Avec les réponses fournies, ces bots sont à même de dénicher les candidats les plus compétents pour le poste proposé. Les heureux élus pourront ensuite passer un entretien, avec un recruteur en chair et en os, cette fois-ci. Car même si l’utilisation de ces nouveaux outils se généralise, cela ne signifie pas pour autant la fin du métier de recruteur. En effet, l’intelligence artificielle n’est pas encore à même de remplacer le jugement d’un être humain.

Faciles à utiliser, résolument ludiques, les chatbots pourraient bien s’imposer dans les RH. Surtout qu’ils peuvent réduire drastiquement le temps de recrutement et sélectionner plus justement les candidats. Les entreprises y voient aussi un moyen de séduire les diplômés de la génération Z, accros aux smartphones et aux nouvelles technologies.

Alors, prêts pour la révolution «chatbot»?


Christelle Genier


Jobtic logo