Reverse mentoring : quand les jeunes coachent leurs supérieurs

Formation -
3 mai 2017


Reverse mentoring : quand les jeunes coachent leurs supérieurs

En entreprise, les baby-boomers ont souvent beaucoup de choses à apprendre à leurs collègues de la génération Y. Pourtant, l'inverse est également vrai. Cela s'appelle le "reverse mentoring".

Dans le schéma traditionnel, ce sont les anciens qui, forts de leurs longues années de pratique, forment les stagiaires ou les employés junior. Pourtant, chacun peut apprendre de l'autre, et les jeunes de 20 ans possèdent des compétences que les seniors n'ont pas. Certains patrons l'ont bien compris et ont mis en place des programmes de "reverse mentoring", à savoir de "mentorat inversé". Inversé, car dans ce cas-ci, ce sont les pros aguerris qui se retrouvent dans le rôle des élèves et les jeunes employés qui jouent les profs.

Initier au numérique

Lancé dans les années 90 par General Electric, le reverse mentoring est généralement utilisé pour apprendre aux plus âgés à utiliser les nouvelles technologies. Car s'il y a un domaine où la génération Y bat à plates coutures les quinquagénaires, c'est bien le numérique! De nombreuses entreprises telles que Procter & Gamble, Axa, Danone ou Orange l'ont compris et ont choisi de se lancer dans le mentorat inversé. Elles permettent ainsi à leurs jeunes employés de dispenser des séances de remise à niveau en informatique aux plus âgés. Ceux qui bénéficient de telles aides sont souvent des cadres supérieurs et parfois même le directeur de l'entreprise, qui se retrouvent coachés par leur subalternes!

Rapprocher les générations

Le reverse mentoring a bien des avantages par rapport à une formation traditionnelle dispensée par un intervenant extérieur. Les employés connaissent les besoins de l'entreprise en matière de nouvelles technologies et peuvent ainsi mieux cibler les compétences à enseigner. Ce coaching innovant permet également de rapprocher les générations, de renforcer l'esprit d'équipe et de briser certaines barrières hiérarchiques. Pour les jeunes mentors, c'est aussi l'occasion d'ajouter une corde à leur arc en développant des compétences pédagogiques.

Les entreprises qui ont testé ce type de formation ont toutes reçu des retours très positifs de la part des seniors et des digital natives. Chez Procter & Gamble, le tournus des jeunes employés a même grandement diminué depuis l'instauration du reverse mentoring.

Et vous, êtes-vous prêt à coacher vos collègues ou à vous faire coacher?


Christelle Genier



Jobtic logo