La précrastination, le nouveau mal qui guette les travailleurs

Gestion de carrière -
26 avril 2017


La précrastination, le nouveau mal qui guette les travailleurs

On a tous plus ou moins tendance à remettre les tâches désagréables au lendemain. Enfin pas tous, puisque certaines personnes souffrent du phénomène opposé : la précrastination.

On connaît tous la procrastination qui handicape bien des travailleurs. Mais avez-vous déjà entendu parler de la "précrastination"? Ce terme a été inventé en 2014 par une équipe de chercheurs en psychologie de l'Université d'Etat de Pennsylvanie et désigne le fait de tout faire tout de suite, même au prix d'efforts importants. A l'inverse du procrastinateur, le précrastinateur, lui, ne va jamais remettre la moindre tâche au lendemain.

Précrastination et burnout

Énergiques, zélés, consciencieux et motivés, les précrastinateurs apparaissent comme des employés modèles, admirés par leurs collègues et appréciés par leurs supérieurs. Pourtant, bosser dans l'urgence permanente a bien des désavantages. Si le travailleur hyper-réactif semble efficace, il est en fait incapable de gérer correctement son temps. Stressé à l'idée de ne pas réussir à tout faire le plus vite possible, il va se disperser, faire plusieurs choses à la fois, se précipiter sur le dernière tâche qui lui a été confiée avant d'avoir achever la précédente. Incapable de dire non ou de se fixer des limites, il se croit obligé de répondre immédiatement à la moindre sollicitation, même s'il est déjà surchargé. Ce qui va forcément engendrer un stress important et souvent inutile. Le travailleur va aussi faire des heures à rallonge et il sera davantage sollicité par ses supérieurs, car considéré comme très efficace. Toujours dans l'urgence et effrayé à l'idée de ne pas réussir à tout faire à temps, le précrastinateur se fatiguera intellectuellement et n'arrivera plus à déconnecter de son job. Inévitablement, tout cela risque de le conduire au burnout.

Apprendre à prioriser

On pourrait croire que cet employé si impliqué ne fait que répondre aux nombreuses demandes de sa hiérarchie. Pourtant, un vrai précrastinateur se met lui-même la pression pour accomplir son travail au plus vite. Il a souvent une volonté démesurée de bien faire et d'être bien vu par ses supérieurs. Très exigent envers lui-même, il angoisse à l'idée de ne pas terminer son travail à temps. S'il vit souvent mal la situation, tel le procrastinateur, il a de la peine à se déshabituer de ses mauvais penchants.

Pourtant, il est possible d'instaurer quelques trucs pour freiner la précrastination. Apprenez à prioriser. Toutes les tâches n'ont pas une égale importance, il est donc judicieux de se concentrer sur les vraies urgences, plutôt que de vouloir tout terminer en un temps record. Pour cela, il est nécessaire de prendre un moment pour analyser la situation afin de déterminer ce qui peut attendre et ce qui ne le peut pas. Planifiez votre journée et créez une to-do list pour mieux gérer votre temps. Focalisez-vous sur une chose à la fois pour être plus efficace et moins stressé. Et surtout, arrêtez de culpabiliser si tout n'est pas fait immédiatement ! Vous verrez, remettre certaines tâches au lendemain, ça peut aussi avoir du bon!


Christelle Genier



Jobtic logo