CV : les erreurs à ne pas commettre

Gestion de carrière - 14 mars 2011


CV : les erreurs à ne pas commettre
En raison de la concurrence toujours plus vive en vigueur dans le monde du travail, proposer un CV adapté au poste convoité est la condition principale pour retenir l'attention des recruteurs. C'est du moins le résultat qu'affiche l'enquête réalisée par l'agence d'étude de marché Shape the Future sur l'initiative de Career.Builder.co.fr. En effet, 54% des 112 employeurs français interrogés disent ne pas prendre en compte une candidature si "le CV n'a pas été personnalisé pour le poste."
Ils boudent également les CV de trois pages et plus (33% des sondés l'affirment), les CV à la mise en page difficilement lisible (31%), ceux présentant des fautes d'orthographe ou de frappe (12%), les CV où le texte de l'annonce est reproduit tel quel (8%) et ceux envoyés sans lettre de motivation (6%).
Des exemples surprenants
Lorsqu'ils ont dû citer les CV les plus hors du commun sur lesquels ils sont tombés, les employeurs européens -l'étude concernait en tout 757 chefs d'entreprise en France, Allemagne, Italie, Suède et au Royaume-Uni- n'ont pas été avares en réponses saugrenues, dont les plus significatives sont regroupées ci-dessous :
-Le CV était écrit en vers.
-Les seuls mots écrits sur le CV étaient le nom et le numéro de téléphone du candidat, et la phrase "Je veux du travail".
-Le candidat avait indiqué le dressage de lion comme hobby.
-La candidate disait avoir été "cliente mystère", mais sans révéler le nom de son employeur, parce que "c'est un secret".
-La photo du candidat sur le CV ne correspondait pas à la personne avec qui le recruteur a parlé sur Skype (ethnicité différente).
-Le CV était écrit sur une page arrachée à un cahier de brouillon.
Et en Suisse ?
Directeur des ressources humaines chez les CFF, Sébastien Brechet indique que, d'une manière générale, les candidats semblent bien préparés, selon lui notamment grâce à l'apport des modèles de CV disponibles sur Internet. Il observe également des disparités entre Suisses et Français : "Les premiers mentionnent leur activité suivie de quelques responsabilités. Les seconds entrent beaucoup plus dans le détail, ce qui n'est pas forcément mieux car il est parfois pénible de les lire", indique-t-il.
Par ailleurs, "20 à 30% des CV ne répondent pas aux exigences", un chiffre sans doute en partie dû aux quotas mensuels à remplir à l'attention des ORP.
Sébastien Brechet tient également à le signaler : les lettres de motivation peuvent laisser à désirer. "Certains impriment quinze fois la même lettre et y ajoutent la date à la main." Autre bémol : l'absence des certificats alors qu'un dossier complet était requis.
Responsable du recrutement chez Audemars Piguet, Audrey Barlet précise elle aussi que les pièces demandées, voire même la lettre de motivation font parfois défaut. Pour ce qui est des CV, elle fait état d'erreurs ayant trait au numéro de téléphone ou dans la cohérence des dates indiquées. Sans oublier les fautes d'orthographe. D'une manière générale, elle constate que plus la personne est qualifiée, plus elle sera encline à soigner sa candidature.
Valérie Roulin, spécialiste RH pour le Groupe E -une société distributrice d'électricité- considère qu'environ 90% des dossiers auxquels elle a à faire sont corrects. Les CV de 3-4 pages, trop condensés ou colorés, les lettres de motivation reprises d'une candidature antérieure, comportant l'adresse d'une autre société ou tout simplement non jointes sont les imperfections qu'elle relève.
LP